lundi 1 mai 2017

Djibouti

Short lâche,  je les avais distancés.
Courir dans la poussière des salines,
Je voyais encore les maigres ordures que se partageaient les chiens.
Je l'avais échappé belle!
Sur la place Rimbaud, à côté du minaret, la couleur de mon cœur n'avait pas connu l'aube ensanglantée.
Dans les ruelles mauresques qui menaient à la place Ménélik. Les relents de moka me donnaient le tempo dans les enjambées.
L'Afrique n'avait jamais été aussi belle à travers les trottoirs dans le dédale de mes pensées.
Pour une fois, les bars à naïas ne clignotaient pas sauf une somalienne à la démarche lente, en transparence sous le diré, attirait mon regard. 
Parfumée sous les arcades,
Je pensais à la fraîcheur du soir, aux herbes brûlées,
Aux encens où le henné décore la paume des mains de ces jeunes femmes dont le cliquetis des fins bracelets résonnent pour charmer le soldat.
Mon regard lointain semblant oublier cette Normandie.
De l'aveu,
Je songeais à la chair brune.
Aux dessins mystérieux,
Une Afrique facile où je n'avais jamais autant bu de coca.

Membres